José
Brescaglia

Safranier

La rencontre Safranée de José Brescaglia
José brescaglia, safran, corse, Ucciani, Ajaccio, Corse du sud, tradition, savoir-faire, ethique, responsable, fermier, produits corses, authentique

Au détour d’une discussion de machine à café, vous savez cet endroit où on refait le monde, où on refait SON monde, il a parlé de Safran… Et puis, sans avoir à gagner au loto, il avait des terres prises par le maquis depuis des années…

Alors, il a décidé de se lancer dans l’aventure. José est toujours professeur d’histoire-géographie, alors il a une toute petite culture, qui donne ce qu’elle veut bien donner. Pas de pesticides, pas d’herbicides, pas de fongicides, ici, on s’en remet à mère nature.

Le safran est un bulbe originaire des contreforts de l’Himalaya et répandu dans le bassin méditerranéen depuis l’antiquité. Cultivé en France il s’adapte très bien au climat corse.
La fleur de Safran aime les été chauds, secs, la pluie en automne mais pas trop, le froid, mais pas trop longtemps, c’est tout de même un petit bulbe délicat qui peut vite réserver de mauvaises surprises, car sous terre, par définition, on ne voit rien.

Pour garder la richesse de sa terre, notre safranier pratique la jachère et le compostage de ses herbes coupées.
Il a laissé sur son terrain nombre d’arbres et d’arbustes fruitiers/verveine citronnée etc…

Et puis les « mauvaises herbes » du maquis qui protègent la terre. Jamais à nue, la vie et l’équilibre amené permet de ne pas utiliser de produits phytosanitaires.

Pour garder la richesse de sa terre, notre safranier pratique la jachère et le compostage de ses herbes coupées.

On plante le safran de début juillet à début septembre. En Octobre jusqu’à début novembre, c’est la floraison.
On récolte la fleur fermée pour éviter les rayons du soleil qui les font faner. Souvent le matin, et tous les jours ! Et oui, la plante ne vit que 24/48h.
Après la récolte, il faut émonder, c’est l’étape la plus aliénante et compliquée, car les fleures se comptent en centaines de milliers. Puis, il faut sécher les pistils, cela se fait au four en dessous de 50° pour que le pistil perde 80% de son poids.
200 000 fleurs, c’est 1kilo. Incroyable.

Conserver le safran : frais et sec. A l’abris de la lumière. On peut le consommer dans les 5ans. Ce n’est pas un produit périssable mais il perd en goût et en qualité organoleptiques et nutritionnelles ensuite …
S’il a été mélanger avec d’autre produits, il moisi.

Le safran se reproduit par le bulbe. Pas besoin de racheter des bulbes tous les ans, il suffit de replanter les « enfants ».

 

Comment consommer mon safran Ucciani, et quels sont ses vertus ?

Le safran, c’est connu, est une merveille pour votre santé.
– Antioxydant
– Anticancéreux
– Analgésique
– Coupe faim
– Antidépresseur
– Sédatif
– Aphrodisiaque, car Cléopâtre prenait des bains de lait d’Anesse et safran, pour l’histoire…

Les safrans de José